Carnaval ou la fête du monde à l'envers

A Vira Cuol ou la fête du monde à l'envers

 

Le rituel du Carnaval

Le carnaval est ce temps où l’ordre social et les règles établies disparaissent pour laisser  place au chaos et au désordre.
Le pouvoir concède  au peuple sa place. Et c’est alors que la communauté dans un élan de  sociabilité débordante exprime sa vitalité et sa folie en envahissant les rues de la cité.


Placé entre l’épiphanie et carême, le carnaval marque la période où la sève monte, la nature reprend vie et l’homme retrouve une énergie nouvelle avec le printemps qui revient. La fête carnavalesque se caractérise par le dépassement de soi, inversion et travestissement de l’homme pour instaurer un monde régi par les codes et les règles qui lui sont propres. C’est le temps du monde à l’envers.


 
Carnaval traditionnel des pays d’Oc

« La vitalité du carnaval se fonde sur cette capacité d’organisation populaire.

Du groupe naît l’invention, celle qui constamment redécouvre les figures du rite et reçoit

l’adhésion passionnée de tout le peuple d’une cité »

Daniel Fabre

 

Dans le sud de la France, la présence du carnaval est forte et quasi religieuse. L’imaginaire populaire des pays d’oc a fait naitre une multitude de personnages emblématiques que l’on peut croiser à cette période de l’année dans les rues, souvent accompagnées par la musique des fifres/galoubets/hautbois et de tambours.


Entre les buffatièrs qui soufflent au cul de la vieille, les ours qui coursent les jeunes filles en les marquant de noir une fois attrapées et mises au sol, entre le petaçon avec son balai et la vessie de porc et les Fecos et Godilhs de Limoux, sans oublier les terrifiants paillasses de Cournonterral, le carnaval fait surgir des personnages aussi surprenants et grotesques que terrifiants.


Toutes ses figures ou presque répondent aux imaginaires d’autres peuples qui depuis la nuit des temps ont ce besoin de transgresser les règles et le pouvoir. Cependant chaque peuple  exprime son "Eime" à sa manière, celle qui reflète l’imaginaire collective. 

 

A Vira Cuol ou la fête du monde à l'envers

 

Le Théâtre des Origines travaillant depuis de nombreuses années sur la question de la restauration des rituels saisonniers propose une forme singulière pour fêter le carnaval  à travers le fil dramaturgique du spectacle « A vira cuol ou la fête du monde à l’envers ».

Par le biais des archétypes carnavalesques méditerranéens (comme le Roi Carnaval, la Vielha, la Caresma, le Petaçon), le public se voit embarquer dans un charivari où tout le monde devient acteur de la fête. C’est aussi en proposant des ateliers que le Théâtre des Origines met en place des moments de partage de savoirs-faire et savoirs-être carnavalesques qui permettent de redynamiser et/ou retrouver du sens à la fête pour que chacun puisse y trouver sa place.*

Un travail sur la notion de bande carnavalesque ayant pour objectif l’intégration des enfants et/ou adultes à la trame du spectacle est mise en place en amont. Ainsi le public peut intégrer le spectacle dans un des chœurs carnavalesques.


La vielha- la femme du roi carnaval,  fera tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher son mari de festejar carnaval. C'est alors qu'au milieu de la fête, Carême fait son apparition. Une folle course poursuite s'engage à travers rues.
« A vira cuol ou la fête du monde à l’envers » est une déambulation carnavalesque participative où deux chœurs s’affrontent au rythme des musiques endiablées.
Entre Carême et le Roi Carnaval, lequel de deux arrivera à tenir le plus longtemps dans le charivari ?

 

Informations générales

 

Spectacle en musique et en déambulation tout public pour la rue
Nécessite repérage
Mise en place des ateliers pour public amateur et adultes en amont du spectacle
Bilingue français-occitan
Durée : 1h30

 

Téléchargez la plaquette de présentation >>

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter